Le e-commerce n'en finit plus de croître. La croissance annuelle à deux chiffres de ce secteur a néanmoins des conséquences. Chaque jour, à Paris, ce sont 200 000 livraisons qui s'effectuent auprès des particuliers du fait du nombre des commandes effectuées en ligne, mais aussi parce que les consommateurs réclament des livraisons rapides. Ces dernières conduisent inévitablement à une multiplication des véhicules de livraison sur les axes de circulation, tout au long de la journée. Si l'activité e-commerce est multipliée par 4, ce qui ne manquera pas d'arriver, le trafic commercial dans Paris pourrait être multiplié par deux. Le trafic en centre-ville se trouvera alors définitivement saturé avec toute la pollution atmosphérique et sonore que cela suppose.

Les acteurs de la logistique urbaine doivent donc s'organiser pour éviter la congestion urbaine annoncée et les émissions de gaz à effet de serre qui en découlent.

Rapprocher les entrepôts du consommateur pour favoriser les mobilités douces et les livraisons rapides

« Depuis peu, on assiste à un « retour au centre » avec des entrepôts plus petits et innovants, explique Laetitia Dablanc, Directrice de Recherche à l'Ifsttar, l'un des principaux organismes français de recherche sur la mobilité. On les trouve dans les départements de la petite couronne près du périphérique (UPS à Charenton) voire dans Paris (DPD à Chapelle International). Il y a aussi l'entrepôt d'Amazon, 5 000 mètres carrés sur le Boulevard Ney. C'est une niche immobilière en forte croissance. ». 

Cette organisation a pour objectif de grouper les livraisons pour massifier les flux et optimiser le nombre de colis transportés durant le dernier kilomètre, ce dernier étant très coûteux pour les logisticiens.

Selon la dernière étude de Cushman & Wakefield, portant sur l'analyse des quatre principaux marchés européens (Londres, Paris, Madrid et Milan), la part importante du dernier kilomètre dans les coûts logistiques globaux est principalement dû à l'absence de garanties de réception par le client, aux itinéraires de livraison non optimisés ou encore aux trajets retours distincts. Réduire de 10 minutes le temps de trajet au départ d'un entrepôt urbain de taille moyenne pourrait ainsi générer une économie d'un million d'euros par an.

livraison de colis

Stuart développe son réseau d'entrepôts urbains

Stuart a fait sienne cette logique et constitue actuellement un réseau connecté d'entrepôts urbains d’une surface comprise entre 300 et 1500m2 chacun. Ils permettent une massification en centre-ville et une distribution des colis avec des modes de transport « green ». Aujourd'hui au nombre de cinq, répartis en Ile-de-France, ils seront bientôt complétés par la mise en place d'un méga hub au centre de Paris, de 3 000 m2. Avec un réseau de partenaires, Stuart dispose également d'entrepôts partagés (avec Chronopost, notamment), de points relais et de consignes permettant de rapprocher la marchandise du consommateur final. L'ensemble forme un réseau dense de dépôts urbains où les colis pourront être triés de manière à assurer des tournées de livraison optimisées.

Stuart s'applique également à assurer une transparence de bout en bout en envoyant un SMS au client lorsque le colis est pris en charge par le livreur Stuart, contenant un lien de tracking lui permettant de suivre son colis en temps réel. Ainsi, il peut s'organiser pour réceptionner son colis sans avoir à attendre toute la journée.

Une flotte 100% « green »

Grâce à ce réseau connecté, les possibilités de livraison au départ des entrepôts urbains Stuart sont nombreuses : livraisons le jour J (19h à 22h) avec un cut-off à 14h, livraisons en J+1 sur des créneaux de deux heures, entre 10h et 22h avec un cut-off à 22h. Les flux retours sont également assurés en J+1, sur des créneaux de deux heures, entre 10h et 22h. Mais, l'offre Stuart ne se distingue pas uniquement par la rapidité de ses livraisons. 

Afin de lutter contre le réchauffement climatique, Stuart travaille également à la neutralité de ses modes de transport en matière d'émission carbone.

Toutes ces livraisons sont en effet « green » grâce à une flotte de scooters électriques (200 litres) et de vans électriques/GNV (3 à 5 m3).

Il est ainsi possible de livrer plus vite, de façon écologique et moins coûteuse en s'appuyant de plus sur une technologie de dispatch automatique, reposant notamment sur des algorithmes de machine learning pour prédire la demande et allouer le bon nombre de livreurs. Ces derniers sont géolocalisés en temps réel permettant de choisir celui qui est le plus proche du lieu d'enlèvement, mais aussi d'optimiser les distances à parcourir.

L'ensemble des offres Stuart, qui s'appuient à la fois sur l'organisation logistique et la technologie, permet aux sites marchands de réinventer leur service de livraison afin de rester compétitifs et d’augmenter leurs taux de conversion et de fidélisation clients. Optimiser le dernier kilomètre assure non seulement à l'enseigne une augmentation de son chiffre d'affaires, une meilleure expérience pour ses clients, mais aussi une réduction de ses flux en ville et donc de ses émissions de gaz à effet de serre.

Pour en savoir plus...

… sur les offres les services de Stuart, contactez notre équipe commerciale ! 

0 pouet pouets