En mai dernier, alors que s'achevait le premier confinement en France, Stuart et l'institut de sondage YouGov publiaient une étude : 4 Français sur 10 des Français interrogés n'envisageaient pas de venir prendre à nouveau leur repas au restaurant, dans les semaines suivantes. Un deuxième confinement, en octobre, ne leur aura pas fait changer d'avis. Sans surprise, les Millennials (18-34 ans) ont davantage utilisé les services de livraisons à domicile, pendant le confinement de mars, par rapport au reste de la population (58% vs. 39%). Le plaisir ressort comme la première raison évoquée (53%). Pourtant 65% de ces Millenials annonçaient en mai qu'ils répondraient présents à la réouverture, alors que 42% des 55 ans restent méfiants. De plus, pour les 6 Français sur 10 qui reviendront, 27% émettent néanmoins quelques réserves. La crainte d'un non-respect des conditions sanitaires en cuisine, d'un non-respect de la distanciation physique entre clients et avec le personnel en salle, les préoccupent.

Les Français s'inquiètent... 

Même s'ils hésitent encore à revenir dans leurs restaurants préférés, les Français craignent dans le même temps que le secteur ne s'en relève pas. Selon l'étude de Stuart & YouGov, 74% des interrogés se déclarent en effet préoccupés quant à la santé financière des restaurateurs du fait de l'impact de la crise sanitaire sur leurs activités. Ils sont prêts à soutenir ces commerces indépendants en commandant leurs repas en ligne et 59% d'entre eux estiment que les entreprises de livraison de repas à domicile pourraient aider les restaurateurs à s'en sortir. Durant le premier confinement, en mars 2020, 74% des Français ont eu recours à ce service. Plutôt que de commander sur les plates-formes de livraison de repas. 62% des clients se déclarent prêts à commander directement sur les sites e-commerce ou applications des restaurateurs si ces derniers le leur demandaient. Les Millenials seraient quant à eux 76% à le faire pour préserver la santé financière des restaurateurs. Les résultats de ce sondage représentent un signal fort pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans l'aventure des repas livrés en direct. La chaîne de restauration rapide haut de gamme Cojean a ainsi récemment créé, avec Flipdish, son application mobile de livraison à domicile, en partenariat avec le spécialiste de la livraison du dernier kilomètre Stuart.

Livraison pour sauver les restaurateurs

Les restaurateurs peuvent compter sur Stuart

Plus que jamais Stuart a en effet son rôle à jouer en permettant aux restaurateurs de maintenir une partie de leur activité, grâce à une livraison à domicile rapide. Plate-forme technologique de livraison express qui connecte les commerçants à la plus grande flotte de coursiers indépendants géolocalisés, Stuart donne la garantie aux restaurateurs que leurs clients seront satisfaits et qu'ils feront de nouveau appel à ce service. Selon l'étude Stuart & YouGov, la commande de repas en livraison le midi est envisagée par un quart des Français (24%). Parmi les Millennials, ce chiffre atteint 42% (vs. 12% des 55 ans et plus).

Un article du quotidien Le Figaro, publié en octobre 2020, indique que la livraison de repas à domicile aurait permis de protéger près de 38 000 emplois dans la restauration entre avril et juin.  

Créer de nouvelles habitudes 

Toujours d'après l'étude Stuart et YouGov, les personnes ayant eu recours à un service de livraison à domicile pendant le confinement sont plus enclines que les autres à commander un repas à domicile le midi (40%). La livraison le soir reste néanmoins la plus populaire auprès des Français puisque 36% envisagent d’y avoir recours, dont 62% chez les Millennials. Il ressort par ailleurs de cette étude que les actifs sont plus enclins à commander un repas à domicile le soir (43% contre 20% des inactifs). Confinements et couvre-feu auront donc lourdement impactés les restaurateurs. Certains d'entre eux se sont adaptés et ont, soit fait appel à des plates-formes de livraison de repas à domicile, soit développé leur propre application accompagnés de partenaires opérateurs de transport tels que Stuart. Source supplémentaire de revenus, cette évolution de leur métier devrait se maintenir, même après la pandémie. Leurs habitués y verront sans aucun doute une offre supplémentaire au menu.

0 pouet pouets