Alors que la massification des marchandises est outil fondamental pour rationaliser les flux et donc les limiter, la pression foncière impose l'installation des bâtiments logistiques en périphérie urbaine. Pourtant, rapprocher les marchandises de leur zone de consommation est essentielle pour lutter contre la pollution liée au transport. Une partie de la solution consiste en la mise en place d'un réseau connecté d'entrepôts urbains. Stuart dispose ainsi de 5 hubs logistiques en centre-ville représentant d’une surface comprise entre 300 et 1500 m2. 

Grâce à ce nouveau maillage logistique, il devient possible de faire du « Ship-from-Hub », c'est-à-dire d'expédier une grande partie des colis e-commerce depuis ces hubs et de les livrer de façon écologique du fait des distances réduites entre le stock de marchandises et le consommateur.

Cela permet de répondre à la demande de livraison dans l'heure qu'il s'agisse de la livraison à domicile ou du « click and collect », tout en respectant l'environnement.

Les entrepôts urbains répondent aux attentes des consommateurs et des citoyens

Selon l'étude menée récemment par Stuart et l'institut YouGov, qui souligne les attentes grandissantes des consommateurs français en matière de livraisons, ces dernières doivent être moins chères, plus précises, plus rapides et plus écologiques. Le prix reste le critère le plus important (62% des 18-34 ans et 56% des 35 ans et plus, le classant en première position), mais la possibilité de sélectionner un créneau horaire de moins de deux heures est essentiel pour un tiers des sondés. Le suivi en temps-réel et géolocalisé des livraisons ainsi que la possibilité de retourner un colis par coursier arrivent tout de suite après dans l'ordre de préférence des cyber-acheteurs. Enfin, près de 60% des personnes interrogées se déclarent sensibles à l'impact écologique de leurs livraisons e-commerce. Les 18-24 ans sont même 64% à être prêts à payer pour ce service.

Entre ses entrepôts urbains qui réduisent les distances entre les stocks et le consommateur, et sa flotte écologique adaptée à tous les gabarits (vélos, scooters électriques, vans au GNV, ou même à pied), Stuart dispose ainsi de l'infrastructure nécessaire pour répondre à l’ensemble de ces exigences.

Les dark kitchens ouvrent le bal des dark stores

Ainsi, la création de stocks déportés plus près des consommateurs peut se faire par la mise en place de mini-hubs mais aussi de « dark stores ». Ce concept est né dans la restauration avec les « dark kitchen ». Dans ces restaurants « virtuels », la société garde la cuisine professionnelle et la brigade ou s’adosse à un labo déjà existant réunissant plusieurs restaurateurs doté de ressources mutualisées - zone de stockage, plonge, etc. - et confie la livraison à un prestataire logistique. Dans la grande distribution en France, les drives ont souvent été préférés aux dark stores alors que la Grande Bretagne multipliait les ouvertures de ces nouveaux entrepôts (Tesco, Sainsburry, Walmart...). Mais les dark stores sont en plein boom à travers le monde et la France n'échappe pas à la mutation, même si on en parle encore peu dans la presse. 

Avec sa technologie, son organisation et sa flotte de coursiers, Stuart est en capacité d'accompagner toutes les enseignes, quel que soit leur secteur d'activité, dans la mise en place de cette nouvelle logistique du dernier kilomètre.

Pour en savoir plus...

… sur les offres les services de Stuart, contactez notre équipe commerciale ! 

0 pouet pouets