Selon une étude du CapGemini Research Institute, le dernier kilomètre représente en moyenne 41% du coût total de la supply chain dans le cadre d'une livraison à domicile. La demande croissante de livraison liée au commerce électronique entraînera une augmentation de 36% des véhicules de livraison dans les centres-villes d’ici 2030, générant une augmentation des émissions et de la congestion du trafic sans changement efficace. Sans intervention, les émissions des livraisons sur le dernier kilomètre urbain et la congestion du trafic devraient augmenter de plus de 30% dans les 100 premières villes du monde. Le dernier rapport du Forum Économique Mondial* estime la hausse de la demande de livraison sur le dernier kilomètre de 78% dans le monde d'ici 2030. Il évalue la croissance annuelle actuelle de la livraison le jour-même à 36%, et de la livraison instantanée à 17%. Pour les acteurs de la logistique, ainsi que pour les commerces, l'enjeu est de réduire les coûts de la livraison tout en privilégiant les livraisons durables.

La transparence des prix de la course

Une approche disruptive du dernier kilomètre est indispensable pour des clients exigeants et pour des villes qui restreignent leur accès aux véhicules de livraison afin de limiter la congestion et la pollution. Une évolution vers un système logistique partagé semble être inéluctable. En attendant la mise en place de solutions, telles que la mutualisation du stockage et des transports ou encore le développement d’entrepôts logistiques urbains, qui permettront la baisse du coût de la logistique du dernier kilomètre, les petits commerces ont besoin de travailler avec des prestataires de transport, qui les comprennent. Il est essentiel pour ces indépendants de pouvoir payer au « réel », c'est-à-dire en fonction de ce qu'ils ont consommé. Alors que le nombre de livraisons assurées par les petits commerces varie tous les jours, le modèle par abonnement proposé par de nombreuses sociétés de courses traditionnelles, ne correspond pas forcément à leur modèle économique. Non seulement, sans engagement, la solution Stuart réduit la distance kilométrique et utilise le transport adéquat. Cela permet de réduire le montant de la course. Le petit commerce a aussi besoin d’avoir un aperçu du montant de la facture qu’il devra régler. Avec Stuart, le commerce s’acquitte uniquement des courses effectuées et le montant de la course est annoncé au moment de sa commande. D’autre part, en adéquation avec leurs contraintes économiques, il n'y a pas de surcoût pour les livraisons du soir et du week-end.

Il est possible de commander un livreur en seulement deux clics, sans besoin de configuration, ni d'intégration informatique préalable. L'interface web guide l'utilisateur de façon intuitive.

Stuart met en relation le commerce et le coursier le plus proche, avec le véhicule le plus adapté à la marchandise à transporter.

coursier ile de France

Garder souplesse et rapidité de la livraison...

Afin de concurrencer les e-commerçants, les commerces de proximité souhaitent proposer la livraison express à leurs clients. La livraison en une heure ou dans la journée est devenue un levier de vente pour tous. Pour leur proposer, les petits commerces doivent pouvoir s'appuyer sur un partenaire qui les comprend et les accompagne, sans avoir besoin d'embaucher un responsable informatique et une flotte de livreurs. La relation entre le commerce et l'entreprise de livraison doit être simple et transparente. De plus, la géolocalisation des livreurs partenaires Stuart permet de suivre en temps réel le trajet du livreur. Le commerçant peut alors continuer à travailler, l'esprit tranquille, et informer son client sur l'avancée de sa livraison.

… sans négliger la planète ! 

Des coûts raisonnables, une rapidité et une souplesse de la livraison... mais pour répondre complètement aux désirs du consommateur, cela ne doit pas se faire au détriment de l'environnement. Nombre d'enquêtes et de sondages le rappellent : pour une grande majorité d’entre eux, la protection de la planète est un critère essentiel. Ils sélectionnent les produits en fonction de leurs origines géographique et de leur éthique de production. Ils sont également attentifs à l’impact écologique du mode de transport proposé par l’enseigne, surtout en ce qui concerne la livraison à domicile. Stuart, mène une réfléxion sur une logistique pour un monde éco-resposable, optimise le transport de marchandises en zone urbaine tout en réduisant ses externalités négatives. Fiables et économiques, plus de 80% des livraisons Stuart sont effectuées à vélo, vélo cargo ou en deux roues électriques. Pour les 20% restantes, elles sont faites grace à des vans ou des camions roulant au GNV et au Bio Gaz. Grace à sa technologie, son organisation et sa flotte verte, Stuart contribue à la diminution du coût du dernier kilomètre écologique.

0 pouet pouets